fbpx

Avec LightyShare, louez du matériel audiovisuel entre vidéastes.

Avec LightyShare, louez du matériel audiovisuel entre vidéastes.

Qu’est-ce que LightyShare ?

Basée sur l’économie collaborative, la plateforme LightyShare est une marketplace française permettant à quiconque amateur, professionnel, boite de production de louer du matériel audiovisuel de qualité, à prix abordable, partout en France et n’importe quels jours ! Il est également possible de rentabiliser le matériel qui ne leur sert pas en le louant à ceux en ayant le plus besoin.
Cela peut être du matériel de prise de vue, de prise de son, de post-production ou encore d’éclairage. En effet, le site compte plusieurs catégories de matériel comme la catégorie Vidéo/Photo, Lumière Machinerie ou encore Audio, Régie, Effets spéciaux et Post-Production. Ces catégories ne sont pas figées, il est possible d’en créer de nouvelles en fonction des besoins de chacun !

LightyShare, c’est un peu comme le AirBnB de la création audiovisuelle.

Jonathan Elalouf, Cofondateur & CEO LightyShare

Comment LightyShare a été créé ?

Son cofondateur et président, Jonathan Elalouf a un réel passé dans l’audiovisuel. En effet, il a pu travailler pour le petit et le grand écran. En 2014, il crée sa propre agence de création audiovisuelle nommée Strobe Paris. Face à toutes ces années dans le monde de l’audiovisuel, il a pu se rendre compte de la difficulté de louer du matériel. Soit la caution était trop élevée, soit les horaires pour louer le matériel n’étaient pas assez flexibles ou bien encore les assurances étaient hors de prix. Tous ces inconvénients ont donné l’idée à Jonathan Elalouf de créer un service de partage, de rencontre entre vidéastes et boite de production. C’est donc en novembre 2016 qu’il décide de créer LightyShare !

Comment fonctionne la plateforme ?

Afin de pouvoir utiliser LightyShare, il vous suffit tout d’abord de vous créer un compte gratuitement. Ensuite, une triple vérification de votre identité vous sera demandée afin que les annonces présentes sur le site soient sécurisées comme il le faut : par mail, voie postale et confirmation d’une pièce d’identité. Par la suite, les propriétaires pourront poster une annonce du matériel qu’ils mettent en location ainsi que le prix associé à leur produit. Les locataires et propriétaires n’auront plus qu’à discuter sur le chat prévu à cet effet sur le site afin de choisir une durée de location et d’effectuer le paiement en ligne. LightyShare prend 15 % sur chaque transaction et s’occupe de l’assurance qui est non plafonnée, un réel point fort ! Le contrat de location est relié à un contrat d’assurance dont le tarif est compris dans la location.

 

LightyShare et le Wonder France Festival

 Le Wonder France Festival est heureux de compter parmi ses partenaires LightyShare pour sa 3ème édition ! Et ils ne viennent pas les mains vides.  Ils offrent à tous les lauréats de cette nouvelle édition les frais de service ! Si les lauréats veulent louer du matériel sur LightyShare ils pourront le faire sans payer les frais de services (soit 5% du prix) en plus pendant 6 mois après la remise des prix.

En résumé LightyShare c’est plus de 20 millions d’euros de matériel disponible à la location en France avec des utilisateurs tels que TF1, M6, ARTE, ou encore VICE. Avec plus de 10 000 références, la plateforme recense 17 000 professionnels et passionnés d’audiovisuel qui rencontrent chaque jour des personnes créatives possédant la même passion. Alors pourquoi pas vous ?

 

 

 

 

PORTRAIT DE VIDÉASTE – CÔME ROQUETAILLADE

 » J’ai la chance d’habiter à côté de la frontière Suisse, C’est vraiment des endroits magnifiques et ultra-fournis en spots justement. On a des montagnes, des forêts, des cascades, tout ça loin des villes. Donc on risque d’embêter personne ! C’est vraiment un terrain de jeux infinis que ce soit pour la photo, la vidéo ou le drone fpv.”.

Côme Roquetaillade

Le  programme Team Wonder France  vise à faire découvrir des vidéastes talentueux au service des territoires, de partager leurs expériences, leur matériel et leurs spots. 

Peux-tu te présenter ?

« Je m’appelle Côme, j’ai 23 ans, je viens de Lyon et actuellement j’habite dans le Haut-Jura à côté de la frontière Suisse ! » J’ai une formation de Bachelor en communication et Création numérique. Je me suis également énormément investi personnellement pour développer mes compétences de vidéaste.

 Quelle est ton approche de la vidéo ?

Je suis photographe et vidéaste professionnel.  J’ai travaillé pendant 2 ans dans un studio de production au sein d’une agence de communication en Suisse. J’ai eu l’occasion de travailler avec des clients et de faire des projets extrêmement variés que ce soit dans le tourisme, le corporate, des interviews, des reportages, des évènements. A présent je travaille pour la ville de Genève pour laquelle je produis tous les contenus photo et vidéo pour promouvoir la ville à l’échelle mondiale.

En paralèlle  je me suis aussi mis au pilotage de drone FPV.  C’était une discipline qui m’attirait depuis plusieurs années, mais j’ai attendu d’avoir une situation un peu plus stable pour me lancer. Les drones FPV sont des drones non-stabilisés qui permettent de faire des loopings, des plongeons sans aucune restriction. Ce sont des drones qui, pour la plupart, vont à plus de 100km/h et se pilotent avec un casque dans lequel on a un retour direct du drone lorsqu’il est en vol. Mon domaine de prédilection c’est sans aucun doute les vidéos cinématiques, accés sur le tourisme et les sports extrêmes. »

Peux-tu présenter ton matériel ?

J’ai un Fuji Film XT3 avec lequel je filme actuellement, un stabilisateur Ronin RSC2 , des filtres ND et toute sorte d’accessoires qui me permettent de produire des vidéos qualitatives. Côté FPV, j’utilise des drones que je monte moi même, ça me permet de pouvoir les réparer si besoin en toute autonomie après les crashs. J’achète les composants et je les soude entre eux pour créer des drones qui correspondent parfaitement à mes besoins. Par contre sur mes cornes je fixe une gopro Hero 10 qui me permet d’enregistrer mes vols avec la meilleure qualité possible. En logiciel de montage j’utilise Adobe Première Pro, After Effects pour les VFX et DaVinci Resolve pour la colorimétrie. J’ai vraiment développé mon workflow, autour de ces 3 logiciels qui sont pour moi les références dans le milieu. Pour les musiques je trouve tout sur la plateforme Artlist, c’est que des musiques libres de droit. Tu payes un abonnement et tu as accès a une bibliothèque quasiment infini donc c’est vraiment le top pour moi.« 

L’objet sans lequel tu ne sors jamais pour faire des images

Alors cela change pas mal en fonction des moments et des besoins mais à l’instant T je dirais la Gopro 10. C’est vraiment un bijou de technologie, condensé dans une mini caméra, ultra résistante et qui permet d’enregistrer dans une qualité folle. En plus si on couple ça avec tous les accessoires disponible on peut vraiment créer des plans ultra créatifs et c’est vraiment ça que j’apprécie chez Gopro. C’est aussi la caméra que je fixe sur mes drones FPV donc c’est vrai qu’en ce moment, je sors jamais sans elle.

Tes spots

« J’aurai pas de spots particuliers à vous donner mais globalement toute la région du Haut- Jura, la Suisse. J’ai la chance d’habiter à côté de la frontière, C’est vraiment des endroits magnifiques et ultra fournis en spots justement. On a des montagnes, des forêts, des cascades, tout ça loin des villes. Donc on risque d’embêter personne ! C’est vraiment un terrain de jeux infinis que ce soit pour la photo, la vidéo ou le drone fpv.”.

Ses spots favoris :

  • La Dôle dans le Jura Suisse
  • Grindelwald en Suisse
  • Le Lac des Rousses dans le Jura français
  • Lyon

Un plan dont tu es particulièrement fier

Je pense qu’un des plans dont je suis le plus fier, c’est le plan en drone FPV ou je descend le long d’une remontée mécanique, durant l’hiver. Il faisait froid, il y avait de la neige et j’étais vraiment loin de l’endroit où j’avais décollé donc autant vous dire que je n’avais pas le droit à l’erreur. Et je me souviens d’avoir eu une adrénaline de fou au moment du vol et quand je suis arrivé en bas, c’était l’explosion de joie. Vraiment je crois que je m’en souviendrais pendant très longtemps

Réseaux Sociaux 

Retrouvez Côme sur les réseaux sociaux

Drone My Life invite sa communauté à participer au festival

DRONE MY LIFE INVITE SA COMMUNAUTÉ À PARTICIPER AU FESTIVAL

 

Le youtubeur Drone My Life a réalisé une vidéo pour présenter le festival sur sa chaine Youtube ! Membre du jury du festival, Drone My Life nous accompagne avec enthousiasme  depuis le début de l’aventure . Convaincu par le projet Il a tout de suite accepté de faire partie du jury ( et ce sans aucune contrepartie) . Il nous a conseillé quant au matériel à offrir aux lauréats et sur la réglementation liée à l’usage des drones.

Dans sa vidéo, il encourage vivement sa communauté de droners à participer à ce tout nouveau festival dédié aux vidéastes afin de valoriser la prise de vue en drone auprès du grand public, mais aussi auprès des professionnels du tourisme.

Avis aux droners : Drone My Life vous invite à miser sur le drone racer pour vous démarquer des autres vidéos. Ce drone vous permettra de réaliser des images à couper le souffle. Aujourd’hui, le drone racer est encore très peu utilisé dans la vidéo, il est donc temps d’en faire parler !