fbpx

Cascades de France

« À la base je suis photographe, je me suis mis à la vidéo récemment en 2016 lorsque j’ai décidé de filmer les chutes d’eau que je photographiais. J’ai une démarche plutôt documentaire c’est-à-dire que je filme la nature pour montrer aux futurs visiteurs à quoi ressemble les endroits qu’il va visiter. »

Louis Thibaud Chambon

Le  programme Team Wonder France  vise à faire découvrir des vidéastes talentueux au service des territoires, de partager leurs expériences, leur matériel et leurs spots. 

Peux-tu te présenter ?

« Je m’appelle Louis Thibaud Chambon, j’habite en région parisienne et j’ai créé le site de « Cascade de France.fr », qui est le site qui référence les plus jolies chutes d’eau de France. Il se trouve que j’ai participé en 2021 au Wonder France Festival, où j’ai eu la chance de gagner le Prix des Territoires. » 

 Quelle est ton approche de la vidéo ?

« À la base je suis photographe, je me suis mis à la vidéo récemment en 2016 lorsque j’ai décidé de filmer les chutes d’eau que je photographiais. J’ai une démarche plutôt documentaire c’est-à-dire que je filme la nature pour montrer aux futurs visiteurs à quoi ressemble les endroits qu’il va visiter. Finalement, je me suis rendu compte que quand je faisais des photos, cela rendait la visite un peu irréelle avec cette technique que j’utilise, la pause longue. Plus le temps passe, plus je réalise des courts films qui sont un mix entre un documentaire classique et des images envoutantes à regarder.« 

Ton matériel

« Après 15 ans d’expériences, j‘ai beaucoup d’équipement photos et vidéos : un Canon R5  avec différents objectifs, du grand angle à l’objectif macro jusqu’au téléobjectif. J’ai aussi un drone Mavic 3 ainsi que pas mal d’accessoires, des trépieds et des micros pour avoir un son de qualité pour filmer les cascades !« 

L’objet sans lequel tu ne sors jamais pour faire des images

« Sans aucun doute mon trépied puisque à la base je suis photographe donc pour faire des pauses longues, c’est indispensable. Mais cela peut, peut-être, vous surprendre mais je ne sors jamais filmer sans une bonne paire de chaussures de randonnée étanche parce que pour filmer des cascades il faut se mouiller les pieds ! »

Tes spots

« Mes spots favoris sont forcément à la montagne parce que sans dénivélé, il n’y a pas de cascades. Et je me suis aperçue que finalement ce que je préfère c’est la moyenne montagne comme les Vosges, le Jura ou l’Auvergne. Visuellement il y a bien plus de végétation autour des cascades que dans les Alpes ou les Pyrénées par exemple. Cela rend l’endroit magique et beaucoup plus jolie à regarder d’après moi.« 

Un plan dont tu es particulièrement fier

« La réalisation dont je suis le plus fier c’est la sortie de mon guide : 60 cascades du Massif du Jura aux éditions Cépaduès ! C’est la synthèse de 15 ans de travail, d’une région qui met cher car c’est là que j’ai découvert ma passion pour les cascades. Pour compléter ma démarche avec mon site, je me suis rendu compte que lorsqu’on est dans la nature, on a pas très envie de passer son temps sur son téléphone. J’ai donc décidé de sortir un livre et je pense que c’est beaucoup plus pratique d’avoir un guide papier à la main que de consulter les données sur internet. C’est un guide qui fait 208 pages, avec 60 cascades dans les départements de l’Ain, du Doubs et du Jura. On y retrouve les plus connues comme les cascades du Hérisson ou les différentes cascades de Tufs. Mais également des cascades que personne ne connait parce que finalement les cascades secrètes sont parfois les plus intéressantes et les plus jolies.« 

Réseaux Sociaux

Retrouvez Cascades de France sur les réseaux sociaux

L’École des vidéastes, une formation complète en ligne

L’école des vidéastes, une formation complète en ligne

Qu’est-ce que l’École des vidéastes ? 

L’école des vidéastes est une école 100% en ligne permettant de former quiconque sur les techniques professionnelles de création et de réalisation vidéo ! Grâce à cette formation de plus de 60 heures contenant plus de 700 vidéos, perfectionnez-vous sur des logiciels comme Premiere Pro ou encore After Effects. Améliorez considérablement vos compétences en montage vidéo, tournage et effets spéciaux.

Qui est le créateur de la formation?

Kévin Mendiboure, un des membres de notre jury de la nouvelle édition du festival, est diplômé de l’ESRA Paris et réalisateur/monteur depuis plus d’une dizaine d’années, il a pu réaliser et monter des centaines de vidéos et former plus de 15 000 élèves à la vidéo sur TUTO.COM en tant que formateur certifié. Kévin est un vidéaste multitâches, qu’il travaille sur la création de clips musicaux pour certains artistes français ou internationaux, pour les chaînes C8 et TF1 ou encore qu’il réalise et monte un long-métrage d’horreur récompensé dans plusieurs festivals aux Etats-Unis ! Il est également le créateur de la chaîne YouTube TUTO PREMIERE suivie par près de 59 800 abonnés. Grâce à son expérience, Kévin a pu créer une formation complète et à la portée de tous afin d’améliorer les compétences de chacun dans l’audiovisuel.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Le montant de l’inscription s’élève à 999€, il est possible de régler ce montant en 3 fois ! Par la suite, les élèves pourront télécharger les leçons et les visionner de manière illimitée ! Plus de 100 exercices pratiques sont mis à leur disposition ainsi que la réalisation d’une vidéo analysée en détails. Un QCM est également au sein de cette formation pour tester leurs connaissances. Lors de la fin de la formation, un certificat de réussite “École des Vidéastes” sera remis aux élèves ayant réussi les évaluations ! L’école est certifiée Qualiopi, une reconnaissance officielle de niveau de qualité de formation de l’Etat.

Cette formation donne également accès à différents privilèges tels que l’accès au groupe privé Facebook, 65% de remise sur la suite complète Adobe (Premiere Pro, After Effects, …), 70% de réduction sur l’abonnement Envato Elements (Templates, LUTS,…), 2 mois offerts sur l’abonnement Artlist (musiques et bruitages libres de droits) et bien d’autres… De plus, en étant élève de l’École des Vidéastes, ces derniers économisent 486€ la première année et 1206€ d’économie sur 3 ans !

 

L’École des vidéastes et le Wonder France Festival 

Dans le cadre du Prix spécial Jeune Vidéaste,  Kevin Mendiboure offrira au lauréat du prix un accès à l’École des vidéastes pour une durée de 3 mois. Dans cette formation vidéo de plus de 60 heures, vous apprendrez à créer des vidéos de qualité professionnelle en un minimum de temps. Vous maîtriserez les outils et techniques professionnelles de création et de montage vidéo ainsi que l’aspect business. La formation Premiere pro est également incluse et Kévin interviendra en tant que mentor avec un vrai suivi pédagogique par rapport au niveau de l’élève ainsi que ses attentes dans la formation. Kévin se rendra disponible par mail pour répondre aux questionnements de l’élève. Il aura également accès au groupe privé Facebook de l’école dans lequel il pourra échanger avec les autres élèves avec une réponse à ses questions en moins de 24h. À la fin de la formation, l’élève devra envoyer à Kévin une réalisation vidéo finale afin d’être évalué et recevoir un certificat de fin de formation. En savoir plus 

Les attentes du jury 

Notre membre du jury Kévin Mendiboure vous donne ses conseils et attentes pour séduire le jury du Wonder France Festival 3 :

Avec LightyShare, louez du matériel audiovisuel entre vidéastes.

Avec LightyShare, louez du matériel entre vidéastes

Qu’est ce que LightyShare ?

Basée sur l’économie collaborative, la plateforme LightyShare est une marketplace française permettant à quiconque amateur, professionnel, boite de production de louer du matériel audiovisuel de qualité, à prix abordable, partout en France et n’importe quels jours ! Il est également possible de rentabiliser le matériel qui ne leur sert pas en le louant à ceux en ayant le plus besoin. Comme le dit son co-fondateur et président : “LightyShare, c’est un peu comme un AirBnB de la création audiovisuelle.

Cela peut être du matériel de prise de vue, de prise de son, de post-production ou encore d’éclairage. En effet, le site compte plusieurs catégories de matériel comme la catégorie Vidéo/Photo, Lumière Machinerie ou encore Audio, Régie, Effets spéciaux et Post-Production. Ces catégories ne sont pas figées, il est possible d’en créer de nouvelles en fonction des besoins de chacun !

Comment LightyShare a été créé ? 

Son cofondateur et président, Jonathan Elalouf a un réel passé dans l’audiovisuel. En effet, il a pu travailler pour le petit et le grand écran. En 2014, il crée sa propre agence de création audiovisuelle nommée Strobe Paris.

Face à toutes ces années dans le monde de l’audiovisuel, il a pu se rendre compte de la difficulté de louer du matériel. Soit la caution était trop élevée, soit les horaires pour louer le matériel n’étaient pas assez flexibles ou bien encore les assurances étaient hors de prix. Tous ces inconvénients ont donné l’idée à Jonathan Elalouf de créer un service de partage, de rencontre entre vidéastes et boite de production. C’est donc en novembre 2016 qu’il décide de créer LightyShare !

Comment fonctionne la plateforme ?

Afin de pouvoir utiliser LightyShare, il vous suffit tout d’abord de vous créer un compte gratuitement. Ensuite, une triple vérification de votre identité vous sera demandée afin que les annonces présentes sur le site soient sécurisées comme il le faut : par mail, voie postale et confirmation d’une pièce d’identité. Par la suite, les propriétaires pourront poster une annonce du matériel qu’ils mettent en location ainsi que le prix associé à leur produit. Les locataires et propriétaires n’auront plus qu’à discuter sur le chat prévu à cet effet sur le site afin de choisir une durée de location et d’effectuer le paiement en ligne. LightyShare prend 15 % sur chaque transaction et s’occupe de l’assurance qui est non plafonnée, un réel point fort ! Le contrat de location est relié à un contrat d’assurance dont le tarif est compris dans la location.

Comment LightyShare a été créé ? 

Son cofondateur et président, Jonathan Elalouf a un réel passé dans l’audiovisuel. En effet, il a pu travailler pour le petit et le grand écran. En 2014, il crée sa propre agence de création audiovisuelle nommée Strobe Paris.

Face à toutes ces années dans le monde de l’audiovisuel, il a pu se rendre compte de la difficulté de louer du matériel. Soit la caution était trop élevée, soit les horaires pour louer le matériel n’étaient pas assez flexibles ou bien encore les assurances étaient hors de prix. Tous ces inconvénients ont donné l’idée à Jonathan Elalouf de créer un service de partage, de rencontre entre vidéastes et boite de production. C’est donc en novembre 2016 qu’il décide de créer LightyShare !

 LightyShare et le Wonder France Festival

Le Wonder France Festival est heureux de compter parmi ses partenaires LightyShare pour sa 3ème édition ! Et ils ne viennent pas les mains vides, ils offrent à tous les lauréats de cette nouvelle édition les frais de service ! Si les lauréats veulent louer du matériel sur LightyShare ils pourront le faire sans payer les frais de services en plus pendant 6 mois après la remise des prix !

LightyShare c’est plus de 20 millions d’euros de matériel disponible à la location en France avec des utilisateurs tels que TF1, M6, ARTE, ou encore VICE. Avec plus de 10 000 références, la plateforme recense 17 000 professionnels et passionnés d’audiovisuel qui rencontrent chaque jour des personnes créatives possédant la même passion. Alors pourquoi pas vous ?

PORTRAIT DE VIDÉASTE – CÔME ROQUETAILLADE

 » J’ai la chance d’habiter à côté de la frontière Suisse, C’est vraiment des endroits magnifiques et ultra-fournis en spots justement. On a des montagnes, des forêts, des cascades, tout ça loin des villes. Donc on risque d’embêter personne ! C’est vraiment un terrain de jeux infinis que ce soit pour la photo, la vidéo ou le drone fpv.”.

Côme Roquetaillade

Le  programme Team Wonder France  vise à faire découvrir des vidéastes talentueux au service des territoires, de partager leurs expériences, leur matériel et leurs spots. 

Peux-tu te présenter ?

« Je m’appelle Côme, j’ai 23 ans, je viens de Lyon et actuellement j’habite dans le Haut-Jura à côté de la frontière Suisse ! » J’ai une formation de Bachelor en communication et Création numérique. Je me suis également énormément investi personnellement pour développer mes compétences de vidéaste.

 Quelle est ton approche de la vidéo ?

Je suis photographe et vidéaste professionnel.  J’ai travaillé pendant 2 ans dans un studio de production au sein d’une agence de communication en Suisse. J’ai eu l’occasion de travailler avec des clients et de faire des projets extrêmement variés que ce soit dans le tourisme, le corporate, des interviews, des reportages, des évènements. A présent je travaille pour la ville de Genève pour laquelle je produis tous les contenus photo et vidéo pour promouvoir la ville à l’échelle mondiale.

En paralèlle  je me suis aussi mis au pilotage de drone FPV.  C’était une discipline qui m’attirait depuis plusieurs années, mais j’ai attendu d’avoir une situation un peu plus stable pour me lancer. Les drones FPV sont des drones non-stabilisés qui permettent de faire des loopings, des plongeons sans aucune restriction. Ce sont des drones qui, pour la plupart, vont à plus de 100km/h et se pilotent avec un casque dans lequel on a un retour direct du drone lorsqu’il est en vol. Mon domaine de prédilection c’est sans aucun doute les vidéos cinématiques, accés sur le tourisme et les sports extrêmes. »

Peux-tu présenter ton matériel ?

J’ai un Fuji Film XT3 avec lequel je filme actuellement, un stabilisateur Ronin RSC2 , des filtres ND et toute sorte d’accessoires qui me permettent de produire des vidéos qualitatives. Côté FPV, j’utilise des drones que je monte moi même, ça me permet de pouvoir les réparer si besoin en toute autonomie après les crashs. J’achète les composants et je les soude entre eux pour créer des drones qui correspondent parfaitement à mes besoins. Par contre sur mes cornes je fixe une gopro Hero 10 qui me permet d’enregistrer mes vols avec la meilleure qualité possible. En logiciel de montage j’utilise Adobe Première Pro, After Effects pour les VFX et DaVinci Resolve pour la colorimétrie. J’ai vraiment développé mon workflow, autour de ces 3 logiciels qui sont pour moi les références dans le milieu. Pour les musiques je trouve tout sur la plateforme Artlist, c’est que des musiques libres de droit. Tu payes un abonnement et tu as accès a une bibliothèque quasiment infini donc c’est vraiment le top pour moi.« 

L’objet sans lequel tu ne sors jamais pour faire des images

Alors cela change pas mal en fonction des moments et des besoins mais à l’instant T je dirais la Gopro 10. C’est vraiment un bijou de technologie, condensé dans une mini caméra, ultra résistante et qui permet d’enregistrer dans une qualité folle. En plus si on couple ça avec tous les accessoires disponible on peut vraiment créer des plans ultra créatifs et c’est vraiment ça que j’apprécie chez Gopro. C’est aussi la caméra que je fixe sur mes drones FPV donc c’est vrai qu’en ce moment, je sors jamais sans elle.

Tes spots

« J’aurai pas de spots particuliers à vous donner mais globalement toute la région du Haut- Jura, la Suisse. J’ai la chance d’habiter à côté de la frontière, C’est vraiment des endroits magnifiques et ultra fournis en spots justement. On a des montagnes, des forêts, des cascades, tout ça loin des villes. Donc on risque d’embêter personne ! C’est vraiment un terrain de jeux infinis que ce soit pour la photo, la vidéo ou le drone fpv.”.

Ses spots favoris :

  • La Dôle dans le Jura Suisse
  • Grindelwald en Suisse
  • Le Lac des Rousses dans le Jura français
  • Lyon

Un plan dont tu es particulièrement fier

Je pense qu’un des plans dont je suis le plus fier, c’est le plan en drone FPV ou je descend le long d’une remontée mécanique, durant l’hiver. Il faisait froid, il y avait de la neige et j’étais vraiment loin de l’endroit où j’avais décollé donc autant vous dire que je n’avais pas le droit à l’erreur. Et je me souviens d’avoir eu une adrénaline de fou au moment du vol et quand je suis arrivé en bas, c’était l’explosion de joie. Vraiment je crois que je m’en souviendrais pendant très longtemps

Réseaux Sociaux 

Retrouvez Côme sur les réseaux sociaux

Drone My Life invite sa communauté à participer au festival

DRONE MY LIFE INVITE SA COMMUNAUTÉ À PARTICIPER AU FESTIVAL

 

Le youtubeur Drone My Life a réalisé une vidéo pour présenter le festival sur sa chaine Youtube ! Membre du jury du festival, Drone My Life nous accompagne avec enthousiasme  depuis le début de l’aventure . Convaincu par le projet Il a tout de suite accepté de faire partie du jury ( et ce sans aucune contrepartie) . Il nous a conseillé quant au matériel à offrir aux lauréats et sur la réglementation liée à l’usage des drones.

Dans sa vidéo, il encourage vivement sa communauté de droners à participer à ce tout nouveau festival dédié aux vidéastes afin de valoriser la prise de vue en drone auprès du grand public, mais aussi auprès des professionnels du tourisme.

Avis aux droners : Drone My Life vous invite à miser sur le drone racer pour vous démarquer des autres vidéos. Ce drone vous permettra de réaliser des images à couper le souffle. Aujourd’hui, le drone racer est encore très peu utilisé dans la vidéo, il est donc temps d’en faire parler !